Cesare

chi l’ha sparso – la sua macchia – sul fianco di un colle…

Premier tribut aux mots de Cesare Pavese, découverts par l’intermédiaire de l’excellent livre Le pays de Pavese de Jean-Pierre Ferrini dans la non moins excellente collection L’Un et l’Autre  (Gallimard)

henry pouillon estampe numérique –  art numérique

Marie

 

Summer 2007. With my friends in the ACP group, we join a « tree art fair ».
We choose to offer our guests the longstanding principle of the nail or fetish tree :
everyone is invited to write a sentence of his choice on a strip of cotton and attach it to one of the trees.
Comes a minibus with Marie, trisomic. Marie, I’ll share your words

Eté 2007.  Avec mes amies du groupe ACP, nous participons à un « parcours d’arbres ». Nous choisissons de proposer à nos invités
le principe ancien de l’arbre à clous ou à fétiches: chacun est invité à écrire la phrase de son choix sur une lanière de coton et d’attacher le tout à un des arbres.
Arrive un minibus et Marie, trisomique … Marie je vais partager tes mots

 

giclee availables for edition in two sizes (15.7*15.7 and 31.5*31.5 inches)
estampes numériques disponibles en deux formats (40*40 et 80*80 centimètres)

henry pouillon estampe numérique –  art numérique

 

Hommage à Unica Zürn – Finissage – Bibliothèque de la Ville de Tournai – 30 mars 2012

Rencontre du Cercle de la Rotonde, le vendredi 30 mars à 18h,à la Bibliothèque de Tournai (Salle de lecture, 1er étage)

 Entretiens et lectures avec un éditeur et cinq auteurs autour du thème « peinture et littérature »

 Exposition de Henry Pouillon à partir de poèmes d’Unica Zürn

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player


Animation : Marie-Clotilde Roose

 

 

La très belle collection « Ekphrasis » (mot grec tiré de la description du bouclier d’Achille dans l’Illiade) a pour dessein de faire découvrir le magnifique patrimoine des musées du Nord-Pas-de-Calais, en attirant l’œil de double manière : par la mise en évidence d’une œuvre et son interprétation narrative par un auteur.  L’éditeur Dominique Tourte a eu cette généreuse idée d’associer les imaginaires plastiques et littéraires par l’édition de livrets faciles à manier, illustrés et mis en pages de manière conviviale et raffinée, afin de nous aider « à regarder » ces chefs d’oeuvre.

 

Autour de lui, quatre auteurs invités de ces éditions Invenit et un poète, Philippe Mathy, dont le triple journal, rassemblé en sa Barque à Rome (Ed. L’herbe qui tremble), est truffé d’allusions suggestives à des tableaux, lors de ses voyages et en ses recueils, faisant hommage aux toiles d’André Ruelle et d’Yvon Vandycke, autant qu’aux peintres romains.  Dans son cercle d’amis, l’écrivain Dante Maffia, accompagnant deux résidences à Rome de visites mémorables, sur les traces du passé grandiose et d’un présent ouvert à la sensibilité du marcheur. « Toutes ces traces, tous ces adieux où sourd une présence, malgré tout.  Où que je sois, » confie le poète, « je ne peux m’empêcher de songer à tous ceux, illustres ou inconnus, qui ont foulé ce sol avant moi. »  Puis, méditant devant un Caravage : « Plus l’artiste a foré le néant, plus il a donné gîte au vide qui l’habitait, plus il nous est aisé de nous inscrire dans l’espace qu’il nous a livré. »  (p. 101, 124)  Sensuel, sensible et sensé, ce journal en trois temps touche le lecteur par la qualité de ses descriptions et réflexions, ponctuées de poèmes, au fil des découvertes et lectures.  Le fil rouge de ce livre est l’authenticité de la voix qui le porte, dont l’amour est le maître mot.

 

Du Pensionnaire de Saraceni évoquant le Reniement de Saint Pierre, commenté avec intériorité par Colette Nys-Mazure, à l’Etude pour Saint Dominique de Henri Matisse, développée en petites touches neigeuses par Dominique Sampiero, il est surtout question de réflexions intimistes, par la bouche d’auteurs disant « je » en regardant les œuvres.  A la description finement théologique du tableau installé dans l’ancien couvent des Chartreux, Colette Nys-Mazure fait répondre ses expériences de la blessure et du pardon.  Face au fusain stylisé sur plâtre du musée Matisse, préparant son enchâssement dans la Chapelle de Vence, l’écrivain Sampiero confond la voix de Saint Dominique à la sienne, dans de courts textes méditatifs, hautement spirituels : « Dieu efface son nom dans un éclat de rire et si je pleure, dans les larmes qui coulent de mes yeux. Celui qui est déjà là, toujours là, c’est lui, et sa part féminine, son ombre, c’est elle aussi. » (p. 26).  Tandis que les histoires, narrées par Françoise Lison-Leroy, à partir de l’Intérieur de cuisine de Drölling (à Bailleul), et par Jean-Pierre Nicol, devant La Pourvoyeuse de légumes de Joachim Beuckelaer (à Valenciennes) sont riches en références historiques et rebondissements, à partir de détails laissant place tant aux époques évoquées (18ème et 16ème siècles) qu’aux symboles clairs ou discrets, stimulant l’imaginaire.  Ces livres sont de petits bijoux, à palper sous toutes leurs facettes.

 

Si les peintres inspirent des écrivains, l’écriture peut aussi inspirer des artistes.  Henry Pouillon a réalisé plusieurs séries d’œuvres plastiques à partir de poèmes ; ces œuvres, exposées dans la discothèque, seront présentées par leur auteur, touché par la fragilité et la force expressive de Zürn (1916-1970).  « Unica Zürn est en quête d’images et de phrases qui contiennent une atmosphère, comme issues d’un autre monde à la naissance duquel elle prend part », explique Rike Felka, préfaçant le recueil écrit en français par le poète dans MistAKE (dédié à « Monsieur le Prof Lacan » en 1970).  D’un vol en avion, elle commence un texte fragmenté par ces vers laconiques : « Sans ventre, elle fait la naissance d’une ville », et laisse sa description en son état de langue brisée, grevée de ces erreurs inventives, qui participent de sa poésie.

 

Un cocktail dînatoire, en partenariat avec la Bibliothèque de Tournai, sera offert avant la Veillée des Auteurs, ouverte à tous auteurs souhaitant partager des textes de leur crû (2 A4 maximum).

 

 

Marie-Clotilde Roose

 

Lieu de la rencontre :

 

BIBLIOTHEQUE DE TOURNAI

Maison de la Culture, 2 Boulevard des Frères Rimbaut, 7500 Tournai.

 

Infos :

 

Le Cercle de la Rotonde, 8 rue du Touquet, B-7522 Blandain.

Tel/fax : 069.23.68.93  rotonde@scarlet.be

Site : www.lecercledelarotonde.be

Entrée libre.

Avec l’aide du Ministère de la Communauté française de Belgique.

henry pouillon estampe numérique –  art numérique